Le nouveau site du volontariat international est enfin prêt !!! cliquez ici pour y acceder


Ils ont participé à un chantier, ...

Grèce

Ouganda

Keyna

Interview de Martin Martinez parti au Kenya fin 2011

Vietnam

Maria, partie en juillet 2011 pour une rencontre de jeunes au Vietnam mélangeant des jeunes Vietnamiens, Chinois, Belges et Français. Projet subsidié par la Communauté Européenne dans le cadre du projet 3.2: "Inclusion: Challenge and opportunity for the Millenium".

Allemagne

Inde

Costa Rica

Paloma Lagrange est partie avec le Service Volontaire International pour plusieurs semaines dans un projet d'ecotourisme au Costa Rica. Elle revient de ce voyage radieuse et enrichie par cette expérience hors du commun. L'échange avec les locaux fut très positif. Elle nous le recommande à tous.

 

En mars dernier, Paco a décidé de partir en chantier international. Désireux de se rendre utile, il a assisté quelques professeurs dans une école sénégalaise durant un mois. A travers une petite interview, il a accepté de témoigner de son expérience enrichissante.

Comment l'idée de participer à un chantier international t'est-elle venue ?

J'étais chômeur avant mon départ et il était temps pour moi de participer à un projet afin d'être acteur dans cette société de plus en plus individualiste qui m'étouffait un peu plus de jour en jour. J'ai ressenti un besoin profond de le faire.

Comment as-tu vécu tes premiers jours auprès des autres membres qui participaient au projet ?

J'ai d'abord vite compris qu'il ne fallait pas critiquer l'organisation de l'école. Il était évidemment mal vu de « casser » en quelque sorte un projet pour lequel une partie de la population locale se battait et se bat encore depuis des années. Il valait mieux amener une idée nouvelle au projet que de le critiquer.

Ensuite, les premiers jours à l'école sont souvent difficiles pour les volontaires car les enfants voient des nouvelles têtes européennes débarquer chaque mois et les voient repartir quelques semaines plus tard. Du coup, ils ont été plutôt réticents à mon égard lors de mon arrivée car ils m'ont en quelque sorte considéré comme un remplaçant qui venait de prendre la place d'un volontaire qu'ils aimaient bien. Heureusement, ils m'ont ensuite accepté parmi les leurs.

As-tu vécu un choc culturel fort en arrivant sur place ?

Non, pas vraiment. Je me suis facilement adapté aux conditions de vie et à la façon de penser qui me paraissent bien plus humaines que la mentalité occidentale. La culture locale m'a très vite touché, elle me semblait riche et intéressante. J'ai cependant été choqué par la misère et secoué par l'agitation en arrivant à l'aéroport de Dakar. J'ai ensuite été étonné en découvrant la maison dans laquelle j'allais vivre mon expérience. Elle était si vivante et accueillante grâce aux nombreux enfants qui y vivaient. Je fus cependant plutôt rassuré, il faut bien l'avouer, en découvrant qu'il y avait internet sur place.

Qu'as-tu tiré de ta participation à ce chantier ?

Cette expérience m'a changé humainement. Je me sens davantage concerné par la pauvreté et j'essaye d'agir au quotidien en faveur de ceux qui en ont le plus besoin, notamment en en parlant autour de moi et en essayant de voir ce qu'il est possible de faire pour eux.

Cette expérience a été plus enrichissante pour moi que pour ceux que j'ai aidé, j'en suis persuadé. Au-delà du fait d'avoir découvert différentes possibilités d'agir, ce chantier m'a fait grandir dans ma façon de penser.

L'image que tu te faisais d'un chantier international avant ton départ était-elle représentative de la réalité ?

Dans l'ensemble, oui. J'imaginais cela comme un défi qu'il fallait remporter comme une compétition. Plus j'aidais, plus j'étais satisfait. Je ressentais un besoin de me sentir utile après avoir été cinq mois durant au chômage.

Serais-tu prêt à renouveler l'expérience ?

Oui. J'ai l'intention d'y retourner l'année prochaine, dans le cadre de mes futurs études, en tant que stagiaire.

-------------------------------

Mexique

>Eric, quant à lui, s'est rendu au Mexique en avril dernier. Motivé à l'idée de prêter main forte à des familles à faible revenu, il a collaboré à la construction de leurs futurs logements à l'aide d'autres volontaires de notre partenaire local Nataté.

pdf file

Télécharger son compte rendu complet ici

 

>Comment vous est-il venu l'idée de participer à un chantier international ?

J'avais, de longue date, l'envie de tenter une telle expérience, de préférence dans une culture assez différente de la mienne. L'Amérique latine me tentait également depuis longtemps.

>Comment as-tu vécu tes premiers jours au Mexique ?

Mes premiers jours au Mexique furent un peu compliqués. Je ne parlais pas espagnol (j'ai d'ailleurs entamé mon séjour avec des cours de langue) et je devais trouver moyens de transport, nourriture et logement. Cependant, tout s'est plutôt bien passé.

>L'image que tu te faisais d'un chantier international avant ton départ était-elle représentative de la réalité ?

Je ne m'en étais pas fait d'idée précise, je m'attendais à tout. C'est une bonne chose car un projet n'est pas l'autre et les échanges avec d'autres volontaires ont révélé la grande variété de projets existants et de situations dans lesquelles on peut se trouver.

>As-tu vécu un choc culturel fort en arrivant sur place ?

J'ai l'impression d'avoir en fait vécu plusieurs chocs culturels. Le contact avec le Mexique "classique" représente déjà un contraste important avec notre culture et le contact avec les communautés indigènes est encore très différent. Par ailleurs, le "monde" des volontaires a ses particularités et on y croise, en outre, des personnalités parfois très atypiques. Tout ça est très riche, même (et surtout) si on doit parfois faire appel à ses meilleures facultés d'adaptation.

>Quelles sont les leçons /apprentissages que tu as tiré de votre participation à ce chantier ?

Le principal enseignement, à mon avis, est de voyager léger >. Pas seulement en termes d'équipement, mais également en termes de préjugés, d'attentes ou d'à priori. Tout est beaucoup plus simple à vivre : les situations inhabituelles, les différences de cultures, ...

>Seriez-vous prêt à renouveler cette expérience ?

Oui, certainement.

>Une anecdote particulière ?

Pour différentes raisons, nous avons convenu de revenir en ville pour le week-end. Conversation entre volontaires de divers projets :

- Oui, les conditions sanitaires sont un peu limites, là-bas.

- Ah, vous n'avez pas d'eau chaude ?

- Euh, on n'a pas d'eau courante ...

- ...

- Mais on a quand même décidé d'acheter un deuxième seau pour ne pas devoir se laver le visage avec l'eau des pieds ...

- ...

Mexique (2)

Interview Bertrand Oquet, 21 ans, ancien volontaire au Mexique sur le projet Nataté.

Qu'est-ce qui t'as poussé à partir en volontariat ?

J'aime beaucoup voyager et j'aime bien aider les autres aussi. Je ne savais pas trop quoi faire après mes études j'ai donc pris une année sabbatique et je suis parti.

Comment s'est passé ta période d'adaptation ?

Très bien, je suis arrivé dans la maison et j'ai rencontré tous les volontaires avec qui j'allais vivre. Après j'ai été à mon projet avec d'autres volontaires qui logeaient dans la même maison que moi et aussi sur le même projet. Ils m'ont tout expliqué, eux aussi étaient Français. Tout le monde se montrait très accueillant.

En quoi consistait ton travail ?

J'étais au Jardin Botanique à San Cristobal de las Casas au Mexique. En fait, il existait une colline, au milieu de la ville, abandonnée où tout le monde venait jeter ses ordures. Nous l'avons nettoyée, mis des barrières, construit des petits abris en matériaux biodégradables. Nous avons recyclé toutes les bouteilles vides ramassées sur la colline pour construire les abris avec un mélange de terre et de paille.

Nous faisions aussi venir des écoles avec des enfants de 10 ans et nous leur expliquions que l'environnement c'est important, qu'il ne faut pas le détruire, qu'il est possible de recycler des objets qu'on croit inutiles. Ces enfants pouvaient participer à de petits ateliers que nous mettions en place.

Par rapport à ce à quoi tu t'attendais avant de partir, es-tu comblé ou au contraire déçu ?

Totalement comblé, le Mexique est la meilleure chose que j'ai réalisé dans ma vie, j'ai vécu de très bons moments, je me suis fais plein d'amis, j'ai appris l'espagnol, j'ai beaucoup voyagé pour divers projets à l'intérieur du pays. Je repartirai sans hésiter mais je dois reprendre mes études !

As-tu des conseils à donner aux personnes qui souhaitent partir ?

Je ne parlais pas espagnol avant d'y aller, les personnes doivent être motivées pour s'immerger, apprendre la langue, bien visiter le pays, bien se renseigner sur la culture, être ouvert, vivre l'expérience à fond !

As-tu vécu un choc culturel fort ?

Oui mais c'était que du positif, c'était ce que je recherchais aussi. Le choc culturel ne m'a pas posé de problèmes. Mais certaines personnes dans la maison aimaient continuer leurs activités comme si elles étaient en France, passer beaucoup de temps sur l'ordinateur, manger au McDo, se rendre dans les magasins qu'on trouve partout dans le monde. Ce n'était en aucun cas mon but mais chacun fait ce qu'il veut.

Quelle note globale attribuerais-tu à ton expérience ?

Le fait d'être parti au Mexique : 10 /10. Mais après au niveau des projets, leur nombre était réduit, nous avons souvent rencontré des problèmes, dans la maison nous étions parfois trop nombreux, certaines personnes aimaient faire la fête et d'autres ne supportaient pas le bruit alors cela créait des tensions. Quand on était lassé du projet, on pouvait partir sur un autre projet pendant 15 jours mais il n'y en avait pas beaucoup, il existait souvent un manque d'organisation, parfois des activités tombées à l'eau. Mais le Mexique 10/10 !

 

Si vous aussi, vous êtes parti(e) en chantier avec le Service Volontaire International et que vous désirez en témoigner, n'hésitez pas à nous faire part de votre expérience !

Répondez aux questions auxquelles Paco et Eric ont répondu et envoyez-nous vos réponses à info@servicevolontaire.org !

Vidéo du mois !
Bannière : www.servicevolontaire.org/index.php?menu_selected=118&sub_menu_selected=976
Recherche:
Contactez nous via Skype
  • Web master:
    pierre@servicevolontaire.org De Hanscutter Pierre ,
    Directeur SVI asbl
    30 rue des Capucins, 1000 Bruxelles, Belgium

SVI asbl, est une association de jeunesse sans but lucratif belge active principalement dans le domaine des chantiers internationaux pour jeunes et la lutte contre le volontourisme.Le SVI est la branche indépendante de SJ Vietnam

Avec le support de :
Art Venture
Commission Européenne
Coup de Pouce Vietnam
Radio Panik
Lutte contre les spammeurs - protection newsletter

Page HTML générée en 0.029436 secondes, le mercredi 18 octobre 2017 à 04:09
http://www.servicevolontaire.org/
Nombre de pages visitées: 1