Découvrir et lutter contre nos préjugés

Posted on 2012-07-17 17:45:00 by Pierre De Hanscutter Speak Reader sur SVI

Introduction

Partir sur un projet de volontariat international ce n'est pas seulement effectuer un travail bénévole mais c'est aussi vivre au sein d'une communauté de volontaires locaux et internationaux. Cette expérience de vie commune est une occasion unique de découvrir nos propres préjugés pour pouvoir ensuite lutter et se libérer de ces idées toutes faites.

Les préjugés

"L’incapacité patente de la culture occidentale à comprendre et à prendre au sérieux, l’expérience acquise des autres cultures, dont certaines ont su apporter aux questions de survie des réponses radicalement différentes des siennes, constitue l’un des plus graves dangers pour l’avenir de notre planète ". Terrence Heath


Même aujourd’hui, malgré la promotion de la diversité et l’encouragement à la tolérance, les stéréotypes nationaux subsistent. Ainsi on peut entendre que les Noirs africains sont des sauvages, les Français ne se lavent pas, les Arabes sont des terroristes, les Portugais font le ménage, les Russes sont portés sur la bouteille ou que les Français sont râleurs.
Les stéréotypes nationaux diffèrent d’un pays à l’autre, mais ont comme point commun le fait d’être des jugements négatifs, des a priori que l’on attribue à l’autre. Ces jugements sont véhiculés par l’éducation que l’on reçoit, les médias et la société dans laquelle on vit. Par ailleurs, on a bien souvent aussi des autostéréotypes : C’est l’image que l’on peut avoir de soi-même et de sa nationalité, qui diffère d’ailleurs bien souvent de l’image que les Américains, Anglais ou Italiens peuvent avoir de nous.

Ces stéréotypes se traduisent aussi dans le langage : ainsi en France on dit bien filer à l’anglaise, alors que l’expression britannique équivalente est « to take a French leave ». Les Italiens, eux, diront de quelqu’un qui se faufile dans un bus sans payer qu’il « fa il Portoghese».

Nous sommes donc tous responsables, victimes et « utilisateurs » de stéréotypes. Ainsi, à l’étranger on aura tendance à s’identifier par rapport à nos coutumes et accentuer ainsi la différence culturelle qu’il peut y avoir. On aura tendance à utiliser des phrases du type : « chez nous, on fait comme ça… » ou « ils sont de telle ou telle façon, eux ». De même, vos hôtes pourront avoir recours à leurs propres stéréotypes par rapport à votre nationalité.
Le stéréotype peut amuser et rassembler, certes, mais il peut également irriter, infantiliser, choquer et nous ridiculiser tout en compromettant de futures rencontres.

Cet ensemble de préjugés et lieux communs propre à chacun d’entre nous – il ne faut pas nous mentir, nous en avons tous- peut être considéré comme faisant partie de notre culture, car en général une même Nation et culture a les mêmes jugements sur l’autre. Cette culture, personne ne peut y échapper, car elle nous permet de fonctionner : c’est elle qui nous « dicte » nos habitudes, nos conceptions de l’hygiène et de la santé, nos rapports avec nos biens, notre attitude dans les relations sociales, nos valeurs morales, nos convictions et nos rapports avec les autorités publiques.

Pour combattre ces stéréotypes afin de vous intégrer dans votre nouvel environement, il vous faudra travailler sur vous-mêmes, vous ouvrir l'esprit...  Et surtout bien vous préparer !!!

Vidéo sur les stéréotypes

La vidéo ci-dessous nous a été offerte par l'association française AFIC, nous vous conseillons vivement de la regarder attentivement avant de partir.

Pour toute information complémentaire sur ce documentaire, vous pouvez contacter  l'AFIC : contact@afic-info.org , téléphone : + 33 1.40.37.59.09

Pour en savoir plus

Pour les enseignants :


On a tous des préjugés

Attention, ceci est la version pour mobile, cliquez ici si vous utilisez un ordinateur classique