Dans la pratique

Le SVI n’est pas un organisme de santé, il est indispensable de s’adresser à un professionnel avant votre départ sur un projet dans un pays étranger. N’oubliez pas qu’avant de vous rendre sur votre projet, une visite médicale est obligatoire pour faire le point sur les vaccins éventuels à réaliser et les recommandations à suivre. N’attendez pas la dernière minute pour prendre rendez-vous!

Une vaccination ne se programme pas la veille du départ ! Pensez-y au moins un mois à l’avance pour planifier votre calendrier de consultations avec votre médecin traitant ou avec un centre de vaccination agréé. Partir en volontariat est une bonne occasion de faire le point sur vos vaccinations mais aussi une visite chez votre dentiste et chez votre médecin généraliste. Tétanos, diphtérie et poliomyélite, hépatite B sont des vaccinations de base indispensables qui doivent être mises à jour quel que soit votre projet de volontariat ! Pour les autres vaccins, la démarche sera individualisée. Il existe dans plusieurs hôpitaux, des centres de vaccination agréés. Contactez-les. Ils vous informeront et pourront procéder à la vaccination. Votre médecin traitant est aussi un bon interlocuteur.

Attention, certains pays hors Europe exigent que vous ayez reçu un vaccin contre la fièvre jaune au cours des dix dernières années et que vous possédiez un Certificat international de vaccination ou de prophylaxie (voir bas de page). Renseignez-vous auprès de l’ambassade du pays de votre destination suffisamment à l’avance !

Pour en savoir plus sur les conditions sanitaires locales et obtenir de précieux conseils, visitez les sites suivants :

http://www.cimed.org/

http://www.who.int/countries/fr/

http://wwwnc.cdc.gov/travel/destinations/list.aspx

Une information mise à jour sur l’état de chaque pays est disponible sur le site de l’institut Pasteur et Passeport Sante. Ces indications ne sauraient remplacer les conseils que seul un médecin peut vous prodiguer en fonction de votre état général et du pays dans lequel vous vous rendez. Une liste des vaccins disponibles en Belgique et de leurs prix est disponible sur le site de l‘institut des médecines tropicales de Anvers.

Pour en savoir plus sur la vaccination :

Vous trouverez ici des informations actualisées sur la situation sanitaire de votre pays de destination. L’organisation mondiale de la santé publie un atlas mondial mis à jour régulièrement concernant les maladies pour lesquelles il existe un vaccin.

Le bulletin hebdomadaire international (BHI) présente un bilan hebdomadaire des crises sanitaires concernant les nouveaux événements sanitaires survenant à l’étranger et susceptibles de représenter une menace sanitaire en Europe et à l’étranger.

En Belgique : http://www.passeportsante.be/

En France : http://www.muskadia.com/

En Suisse : http://www.safetravel.ch/e

Tous les vaccins ne sont pas toujours remboursés par la Sécurité sociale. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle.

Quel que soit le lieu de votre projet, il est recommandé d’emporter avec soi une petite pharmacie de voyage. D’abord, parce que les médicaments d’usage courant en Belgique ne sont pas toujours disponibles à l’étranger. Ils n’ont pas non plus nécessairement la même appellation et si vous ne connaissez pas leur composition, vous aurez peut-être du mal à les trouver. En outre, dans certains pays, les conditions économiques font que l’approvisionnement local pose parfois problème : pénurie, contrefaçon, sous-dosage, péremption

Le contenu de votre pharmacie dépendra du type de voyage entrepris, de sa durée, de vos problèmes éventuels de santé et du degré d’isolement de votre lieu d’accueil (par exemple au Népal, certains chantiers peuvent être à plusieurs jours de marche de l’hôpital le plus proche!). Pour la constituer, nous ne saurions trop vous conseiller d’en parler à votre médecin traitant ou à votre pharmacien. Demandez-leur éventuellement un mode d’emploi écrit, succinct et clair, cas par cas, des médicaments qu’ils vous recommandent.

Pensez à répartir les médicaments importants pour vous (y compris vos contraceptifs) entre les bagages à main et les valises. En effet, un vol de bagages ou des valises qui s’égarent dans les aéroports font parfois partie des aléas du voyage.

Si vous êtes une femme, pour certains pays en développement ou certains projets en zones reculées, apportez une provision de tampons et de serviettes sanitaires. Dans certains lieux, ils sont difficiles à trouver et peuvent coûter cher.

  • Petit matériel : thermomètre, compresses stériles, sparadraps, bandes velpeau
  • Désinfectant (en pommade, en emballage individuel voire en compresses imprégnées)
  • Produit solaire à haut indice de protection + stick à lèvres
  • Produit anti-moustique (à appliquer sur le corps et les vêtements, moustiquaire de lit, insecticide)
  • Collyre en mono-dose pour les yeux et bains oculaires désinfectants (surtout si vous allez à la plage)
  • Kit de ré-hydratation si vous partez dans les pays chauds
  • Contraception : N’oubliez pas votre moyen de contraception et/ou des préservatifs.
  • Médicaments : À cela s’ajoutent des médicaments spécifiques qui vous seront prescrits par votre médecin ou conseillés par votre pharmacien. Comme par exemple, des antihistaminiques si vous faites des allergies, des remèdes pour le mal de voyage si vous y êtes sujet, des traitements pour des problèmes de santé, voire des épidémies sévissant dans la région où vous allez. Si vous craignez les douleurs, la fièvre, la diarrhée, la constipation, les refroidissements, les problèmes digestifs… parlez-en à votre médecin qui vous indiquera les médicaments à emporter. Si vous avez besoin de médicaments spécifiques, il est utile d’emporter un rapport médical succinct signé de votre médecin (et éventuellement traduit en anglais) décrivant votre cas et le traitement dont vous avez besoin.
  • Produits d’hygiène : papier toilette, serviettes hygiéniques (denrées rares pour certains pays du tiers-monde).
  • Boules quies (parfois bien utiles si vous dormez en dortoir…).
  • Les précautions à prendre en matière de santé ne se limitent pas au moment que vous avez passé à l’étranger. Une fois de retour et particulièrement si vous avez été dans une région tropicale, soyez attentif au moindre signe inhabituel comme :
    • de la fièvre
    • de la diarrhée
    • des maux de tête
    • des éruptions cutanées

    En présence d’un de ces symptômes, il est préférable que vous consultiez votre médecin traitant qui vous prescrira, au besoin, des examens plus poussés afin d’écarter l’éventualité d’une maladie  “rapportée de voyage”.

La fièvre jaune est une maladie virale transmise par certains moustiques. Cette maladie peut prendre la forme d’une grippe mais également d’une jaunisse.

Où ? Dans les régions tropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud. Voir statistique de l’OMS

Le vaccin : recommandé voire même obligatoire.  Au plus tard 10 jours avant le départ et sa validité est de 10 ans. Il doit être inscrit dans le certificat international de couleur jaune, dûment signé par le médecin vaccinateur et portant le tampon d’authentification officielle.
Attention : de nombreux pays exigent une preuve de vaccination contre la fièvre jaune si vous avez traversé une région touchée par cette maladie. Sans une telle preuve, on peut vous refuser l’entrée au pays, vous placer en quarantaine ou vous obliger à recevoir le vaccin.

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à une bactérie. Le plus grand risque pour le malade est la déshydratation; le choléra se caractérisant par des nombreuses diarrhées.

Où ? Asie, Afrique et Amérique Latine. Voir le site de l’OMS

Que faire ? Respecter les règles élémentaires d’hygiène du pays : se laver les mains régulièrement, par exemple. Certains pays africains exigent encore un certificat de vaccination. Pour ces pays, afin d’éviter tout problème aux frontières et aux aéroports, un certificat de contre-indication à la vaccination peut donc, dans certains cas, s’avérer utile.

La méningite est une maladie infectieuse caractérisée par l’infection des membranes qui recouvrent le cerveau (méninges).

Où ?  Principalement en Afrique. Voir le statistiques de l’OMS

Le vaccin : Il est possible de se faire vacciner contre quatre types de méningite : A, C, W et Y. L’injection doit se faire au moins 10 jours avant le départ et sa validité est de 3 ans.

L’hépatite A est causée par un virus. Celui-ci, une fois dans l’organisme, provoque un dysfonctionnement du foie. Les symptômes possibles sont : fièvre soudaine, malaise, perte d’appétit, nausées et douleurs abdominales, jaunisse dans les jours qui suivent. L’hépatite A se contracte surtout via l’alimentation.

Où ? Conseillé par l’OMS pour les personnes qui voyagent en Afrique, Amérique Latine et en Asie.

Le vaccin :  Une première injection, au plus tard le jour du départ, protège. Un rappel après un an assure une protection d’au moins 20 ans, probablement à vie.

Cette maladie, transmise par voie sexuelle, par le sang et la salive, est beaucoup plus grave que la précédente. Une hépatite B ou C passe inaperçue pour la grande majorité des cas. Elle se manifeste par une fatigue, jaunisse, perte d’appétit ou douleurs articulaires.

Où ? Partout

Le vaccin : La vaccination se fait par deux injections, à 1 mois d’intervalle, suivies d’un rappel 6 mois plus tard. La protection est assurée généralement à vie. Remarque : il existe un vaccin combiné : hépatite A et hépatite B (en trois injections)

La poliomyélite est causée par un virus très contagieux. Cette maladie est à l’origine de paralysies progressives et peut même causer des décès.

 ? Potentiellement partout. Voir statistique de l’OMS

Le vaccin : c’est le seul vaccin obligatoire dès l’enfance en Belgique. Un rappel à l’âge adulte est conseillé si vous vous rendez en Afrique ou en Asie.

La fièvre typhoïde est une infection grave, accompagnée d’une forte fièvre, au début rarement accompagné de la diarrhée. Elle est transmise par l’ingestion de nourriture ou d’eau contaminée.

Où ? Le risque est le plus élevé dans l’Afrique du Nord et Nord-ouest, l’Inde et le Pérou.

Le vaccin : recommandé si vous voyagez dans de mauvaises conditions d’hygiène, se fait au moins 15 jours avant le départ. Sa validité est de 3 ans.

Le paludisme est une maladie (parfois mortelle) transmise par les piqûres de moustiques.

Où ? La maladie est endémique dans plus d’une centaine de régions tropicales et subtropicales. Cliquez ici pour la carte OMS

Le vaccin : Il n’existe pas de vaccin contre la malaria. La prévention contre le paludisme implique d’associer d’une part une protection contre les piqûres de moustiques (moustiquaire, répulsif, vêtements longs) et d’autre part la prise d’une chimio prophylaxie. Le traitement préventif doit être commencé avant le départ et se poursuivra toujours quelque temps après votre retour. En fonction de votre destination et de votre état général, votre médecin vous indiquera le type de traitement le mieux adapté.