fbpx

Campagne choc

De la création du Ku Klux Klan à nos jours : qu’est-ce qui a changé ?

Campagne choc : ENGAGEZ-VOUS !   Campagne choc : rejoignez le club

Ces scènes vous choquent ? Vous n’aimez pas ? Tant mieux ! Pourtant, il fut un temps, pas si lointain, où elles semblaient normales. Nous aimerions croire que le racisme, la haine de l’autre et la condescendance du Nord envers le Sud sont chose du passé, mais il n’en est rien.

L’extrême droite prolifère toujours aujourd’hui, les partis nationalistes gagnent du terrain un peu partout dans le monde, le fanatisme religieux devient la norme comme en atteste l’apparition des affiches Civitas sur les campus (« contre la dictature démocratique »). Ces idéologies redeviennent « normales ». On ne s’étonne plus de voir les Lepen au second tour des présidentielles françaises, des millions d’Américains voter Trump, la Hongrie ou la Pologne glisser vers l’autocratie, la Flandre se demander si l’on peut gouverner avec l’extrême droite… On finit par ne plus oser parler religion par peur. Ces faits sont-ils plus ou moins choquants que ces vieilles photos ?

Nous aimerions croire qu’il est préférable de fermer les yeux sur ces dérives autoritaires et d’en faire de simples faits divers, mais cela revient à banaliser ce type d’actes destructeurs et infamants.

Au Service Volontaire International, organisation de jeunesse, nous considérons qu’il est essentiel de porter un regard critique aussi bien sur notre présent que notre passé, car comme l’affirmait Churchill, « un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ». Nous n’oublions pas.

Le racisme, le fascisme et l’obscurantisme ne doivent pas devenir des banalités !

Le Ku Klux Klan est né dans l’esprit (quelque peu atteint) d’un groupe de six anciens combattants du sud des États-Unis, au crépuscule de la guerre de Sécession. Au réveillon de Noël 1865, ces officiers, désœuvrés par la fin de la guerre, se réunissent dans leur petite ville du Tennessee et décident de constituer un club d’anciens soldats, sans avoir de réelles idées d’activités en tête. En cherchant un nom, ils tombent d’accord sur « Kuklux », déformation du terme grec « Kuklos » signifiant cercle, auquel ils apposent le mot « Clan » (très présent dans la culture écossaise dont ils sont tous issus). Et voilà comment le Ku Klux Klan voit le jour.

Dès sa naissance, le bébé grandit vite et atteint les quatre-cents membres en à peine quelques semaines. Les adhérents prennent alors l’habitude de parader dans les rues en revêtant de longues robes et cagoules blanches, dans le but d’impressionner la population, y compris ceux qu’ils désignent comme « Nègres ». Fiers de leur succès, ils constatent qu’ils ont enfin trouvé un moyen de pression efficace sur la communauté noire à qui l’on accorde de plus en plus de droits depuis la victoire du Nord, ce qu’ils ne supportent pas. Et c’est ainsi que la véritable orientation du clan se découvre d’elle-même. Très vite, les membres ne se limitent plus aux simples intimidations gratuites : ils passent aux menaces verbales, physiques, à la violence, à la mutilation et, enfin, au meurtre.

Dans les années 1920, ils sont 3 millions de membres.

Dans les années 1920, ils ont assassiné des milliers d’innocents.

Alors vous allez me dire : « Bien sûr, on sait tout ça. Personne ne remet en question toutes ces atrocités. Mais pourquoi avoir affiché ça ? Quel est le rapport avec le monde d’aujourd’hui ? » Le rapport, c’est que le Ku Klux Klan a autrefois germé sur le terreau fertile qu’étaient le nationalisme, le suprémacisme, la haine et la crainte de l’autre. Or, il n’est pas difficile de constater que ce même terreau est à nouveau bien présent aujourd’hui (montée de certains mouvements politiques, exactions commises par différents groupes radicaux, etc.).

Que les choses soient bien claires : nous ne sommes pas en train de dire que l’histoire se répète, ou bien que la crise que nous vivons actuellement est en tout point comparable à celles du passé. Nous souhaitons simplement vous encourager à examiner la société d’aujourd’hui avec le même recul que celui que nous prenons pour observer une époque qui nous semble révolue. Et nous disons bien « semble révolue », car le Ku Klux Klan existe encore bel et bien de nos jours et compte une dizaine de milliers d’adhérents. Nous ne saurions d’ailleurs que trop vous recommander le film BlacKkKlansman, qui retrace l’histoire vraie de Ron Stallworth, policier noir américain qui infiltra le réseau du KKK en devenant membre à part entière du clan à la fin des années 1970. De plus, si nous n’avons pas de KKK en Europe, nous avons des partis politiques de plus en plus en vogue qui soutiennent sensiblement les mêmes idées, sous couvert d’une soi-disant défense des classes populaires.


En quoi selon vous, le fantôme du Ku Klux Klan plane-t-il encore de nos jours ? Pensez-vous que son idéologie soit réellement enterrée ? Considérez-vous que les organisations de la sorte devraient être illégales ? Pensez-vous alors qu’il faudrait interdire, par la même occasion, tout mouvement politique ou civil défendant des idées similaires ?

Nous sommes le Service Volontaire International. À travers le volontariat, nous cherchons à inciter les gens à porter un regard critique et nouveau sur le monde qui les entoure, sur les choses qui les indignent et sur celles qui ne les étonnent même plus. En tant qu’Organisation de jeunesse accréditée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, notre mission est de former des CRACS : des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires. 

Rejoignez le club !

Sources :

Besoin d'aide ? Contacte-nous !