Cameroun

Etat de l’ouest de l’Afrique, sur le golfe de Guinée, le Cameroun occupe une place particulière sur l’échiquier africain. Avec une superficie de 475 442 kilomètres carrés et une population de 19,4 millions d’habitants (2010), le pays a été un territoire sous mandat international à la fin de la Première Guerre mondiale puis sous tutelle française et britannique en 1946, avant d’accéder à l’indépendance, dans la violence, le 1er janvier 1960, sans toutefois être complètement réunifié (le nord du territoire occidental étant rattaché au Nigeria). La diversité humaine (plus de deux cents ethnies, coexistence du christianisme, de l’islam et de religions traditionnelles), linguistique (six grands groupes ethnolinguistiques, bilinguisme officiel français et anglais) et écologique (savane dans le nord, plateau forestier et plaine côtière dans le centre et le sud, montagnes à l’ouest) compose une véritable mosaïque et pose la question de l’existence d’une nation camerounaise. Alors que l’État post colonial reconnaît le pluralisme politique, le président Ahmadou Ahidjo (1960-1982) instaure un parti monolithique, justifié par la nécessité de construire l’unité nationale. Le rétablissement du multipartisme sous Paul Biya (au pouvoir depuis 1982) ne se traduit pas par un retour du pluralisme et ne résout pas le problème de l’irrédentisme anglophone. Bénéficiant dès l’indépendance d’une relative prospérité, le Cameroun traverse depuis le milieu des années 1980 une crise économique dont il peine à sortir. La diplomatie du pays a une trajectoire analogue : marquée par une forte activité sous le président Ahidjo, elle a sombré, à partir de 1984, dans une léthargie qui pose la question de la place et du rôle de ce pays pivot en Afrique subsaharienne et sur le plan international.

En cours de rédaction

En cours de rédaction

APACE a pour mission d’encourager la sensibilisation de la problématique environnementale au sein des institutions scolaires et universitaires pour à terme accroître la qualité de vie des êtres humains et participer à la sauvegarde de notre patrimoine culturel. Elle se donne pour objectif de :
1. Informer et conseiller les personnes ou les collectivités intéressées par ce domaine d’action
2. Collaborer avec des organismes locaux, nationaux ou internationaux pour contribuer à l’information et à la formation des jeunes, des adhérents et cadres des associations partenaires ou membres de l’APACE,
3. Représenter ses membres auprès des autorités administratives ou des collectivités locales, à leur demande ou à sa propre initiative.
4. Favoriser le développement d’activités éducatives envers les jeunes dans les domaines de l’environnement naturel ou culturel, notamment par la création et/ou la diffusion d’outils pédagogiques et par la mise en place d’actions d’animation et de formation,
5. Sensibiliser les jeunes élèves et étudiants en mettant à contribution les écoles, les universités et les entreprises par le biais de séminaires, d’ateliers, d’excursions, de voyages d’étude et de colonies de vacances,
6. Assainir les milieux environnementaux dans les écoles et universités aussi bien que dans les communautés et la société en général.

La BLI (Better Life Initiative) a pour ambition d’améliorer le bien-être académique, social, économique et sanitaire des populations en situation de précarité à travers des programmes de formation et de développement local.

La TOWOC (Together for Women and Children) promeut une meilleure protection de la femme et des enfants camerounais à travers des programmes d’éducation, sociaux et culturels.

Compte tenu des nombreux changements de législation en ce qui concerne la procédure d’obtention des visas, le SVI n’est pas en mesure de garantir les informations que vous trouverez ci-dessous.  Pour plus d’information à ce sujet, rendez-vous sur le site de CIBT, qui vous donnera des informations complémentaires et vous permettra, éventuellement, d’obtenir un visa en ligne.

N’oubliez pas que sauf exception spécifiée par votre coordinateur, les volontaires que nous accompagnons partent avec un visa touristique.

PROCEDURE A SUIVRE POUR L’OBTENTION D’UN VISA

L’entrée et le séjour sur le territoire de la République du Cameroun nécessitent l’obtention d’un VISA.

131 Avenue Brugmann, 1190 Bruxelles

Tél : +32 (0) 2 345 18 70

Fax : +32 (0) 2 344 57 35

Internet : http://www.cameroon.be

Courriel : embassy@cameroon.be

73 rue d’Auteuil, 75016 Paris

Tél : (0033) 01.46.51.89.00

Fax : (0033) 01.40.71.54.32

Internet : http://www.congencamparis.com

Courriel : contact@congencamparis.com

23, avenue de France
Geneva
1202

Téléphone: 022 787 50 40
Fax: 022 736 20 22

Nous vous conseillons également de vous rendre sur le site du Ministère des Affaires étrangères pour consulter les conseils par pays.

En Belgique: ici

En France: ici

Liste des projets disponibles au Cameroun

(Pour voir la liste des projets en mode plein écran, cliquez ici)