fbpx

Projets de réinsertion (JAMO)

JAMO : Jeunes Avec Moins d'Opportunités

Nous pensons que nos projets de volontariat peuvent bénéficier à tous, y compris à des jeunes au parcours plus compliqué. C’est pourquoi le SVI se préoccupe également des publics dits « spécifiques », c’est-à-dire rencontrant des difficultés nécessitant souvent une approche ou un encadrement professionnel particulier (jeunes placés en Institution Publique de Protection de la Jeunesse (IPPJ), jeunes sans domicile fixe, usagers de drogues…), une information adaptée et un soutien financier.

Le SVI a pour ambition de promouvoir l’égalité citoyenne et de se rapprocher des jeunes en situation de crise ou en difficulté afin de susciter leur intérêt pour le volontariat international, grâce à des activités de formation ciblées vers ce public. Les publics concernés peuvent être, entre autres, des jeunes suivis par le Service de protection de Jeunesse ou par les Instituts Publics de Protection de Jeunesse, des jeunes chômeurs, ou des jeunes handicapés.

L’expérience nous prouve que le volontariat international peut faciliter l’intégration des jeunes en difficulté par un enrichissement sur le plan humain, la création de réseaux sociaux de solidarité, la valorisation de l’individu et le dépassement de soi, en plaçant le volontaire au cœur de l’action. Ainsi, le volontariat peut aider à surmonter un sentiment d’isolement personnel et de manque de confiance en soi. En créant du lien social, il instaure un sentiment d’appartenance à un collectif, notamment par la contribution à la réalisation d’objectifs partagés.

La richesse du volontariat en termes d’apprentissage informel n’est pas négligeable. La découverte d’un nouvel environnement, le brassage social, les nouvelles rencontres et le partage interculturel et la découverte d’une autre langue sont autant de sources d’apprentissage informel. En outre, les compétences développées et acquises en tant que volontaire peuvent facilement être valorisées au niveau professionnel, et mises en pratiques dans la vie quotidienne.

Le volontariat est avant tout une source d’épanouissement personnel et de valorisation de l’individu en lui redonnant un statut d’acteur dans la société. 

L’encadrement de ces publics particuliers exige un certain investissement en ressources humaines et financières. Ainsi, afin de rendre le volontariat accessible au plus grand nombre, le SVI collabore étroitement avec des associations spécialisées et professionnelles formées au travail socio-éducatif.

Nos actions

Le SVI collabore étroitement depuis sa création avec l’association du 123 rue Royale à Bruxelles. Cette collaboration a permis, entre autres, à plusieurs jeunes en situation financière précaire de partir en volontariat à l’étranger (en Italie et au Vietnam). A l’inverse, cette collaboration a permis à certains membres issus d’un milieu plus aisé de découvrir une réalité sociale qu’ils ignoraient.

Depuis sa création, le SVI accueille chaque année des dizaines de volontaires sur des projets long-terme au sein de la structure d’accueil pour personnes en situation de handicap L’Arche à Bruxelles. Cette expérience a permis le développement des partenariats dans ce même domaine avec des structures belges similaires, Accueil & Vie et Renaissance, pour finalement aboutir à la création d’un Pole Handi-Cap en 2015. Ce pole a pour objectif de réunir des associations partageant les mêmes pratiques et valeurs, mais également de favoriser un lien entre volontaires et personnes en situation de handicap.

En 2016, le SVI a accompagné un jeune belge en situation financière précoce en Islande, dans le cadre d’un Service Volontaire Européen. C’était pour lui la première fois qu’il voyageait, et cette expérience en tant que volontaire lui a ouvert une nouvelle fenêtre sur le monde.

En 2013, le SVI a également collaboré avec plusieurs associations étrangères dans la cadre du plan « Action Jeunesse » de la Commission Européenne, ce qui a permis de financer les frais de voyages à une dizaine de jeunes.

Le SVI a participé également à un projet financé par la Commission Européenne dans le cadre du programme « Jeunesse en Action » en partenariat avec ADICE, une organisation de jeunesse française spécialisée dans le travail avec les jeunes vivant dans des quartiers difficiles à Roubaix. Le projet intitulé « Inclusion : défis et opportunité pour le millénaire » s’étendant du 15 décembre 2010 au 14 décembre 2011 avait pour objectif d’organiser un chantier international au Vietnam mélangeant des jeunes en difficulté venant de France, Vietnam, Chine et Belgique (IPPJ) et d’établir un mini-réseau Europe – Asie des organisations de jeunesse qui souhaitent développer les projets de mobilité pour les jeunes ayant moins d’opportunités.

En 2011, le SVI a accompagné une volontaire placée dans un centre d’accueil en Belgique sur un projet au Bénin, ainsi que quatre jeunes en IPPJ accompagnés d’une assistante sociale qui sont partis au Vietnam pour un projet international de 2 semaines.